Tous les projets

Les Franciscaines Équipement culturel

Deauville - France

Scénographie de l’ancien site se la Congrégation des Sœurs Franciscaines à Deauville.

Le cloître 2.0 met en lien les visiteurs-acteurs tant présents que connectés et expose tant le patrimoine matériel qu’immatériel de Deauville.

Enjeux du projet

En +

Concept scénographique : le cloître ascendant ou cloître 2.0

Le projet propose une scénographie globale qui construit les liaisons entre les espaces de présentation des collections pour en faire des espaces de vie et de création : au cloître ancien qui était à l’origine un espace de spiritualité répond un nouveau cloître ascendant, ou Cloître 2.0. Un espace de rencontres et de nouvelles pratiques culturelles basées sur le croisement des disciplines, l’échange et le partage des connaissances pour dynamiser la créativité et l’innovation.

Deux cloîtres entre le Mont Canizy et la mer

Le cloître franciscain

Le cloître d’origine est le symbole de l’intimité avec le divin. Sa forme carrée, ouverte sous la coupole du ciel figure l’union de la terre et du ciel. Il est un centre cosmique en relation avec les trois niveaux de l’univers : le monde souterrain par le puits, la surface du sol, et le monde céleste avec le rosier. Le cloître franciscain et les espaces qu’il distribue, gardent l’esprit conventuel dans une écriture contemporaine et devient le coeur des activités de réception.

Le nouveau Cloître 2.0

Dans toutes les traditions religieuses et philosophiques occidentales, l’escalier est le symbole de la progression vers le savoir, de l’ascension vers la connaissance et la transfiguration ; qu’il s’élève vers le ciel, il s’agit de la connaissance du monde apparent ou divin ; qu’il rentre dans le sol, il s’agit du savoir occulte et des profondeurs de l’inconscient.

Le nouveau cloître est ascendant ou descendant. Ses vastes gradins ondulants réfèrent tant au Mont Canizy qu’à la mer. Ils relient le niveau d’accueil aux différents plateaux des univers thématiques situés au niveau +1. Le nom Cloître 2.0 se réfère également au projet « Les Franciscaines 2.0 » car il met en lien les visiteurs-acteurs tant présents que connectés et expose tant le patrimoine matériel qu’immatériel de Deauville.

L’esprit des aménagements est différent de ceux du cloître franciscain : les formes et les matériaux appellent une appropriation plus sensuelle des lieux.

Ainsi ces deux « mondes », caractérisés par les deux cloîtres, offrent-t-ils des espaces et des atmosphères différenciés pouvant répondre aux besoins et aux goûts d’une grande diversité de publics selon les heures du jour et de la nuit.

DESIGN DES MOBILIERS

Le projet des Franciscaines est pensé pour évoluer et se renouveler, les univers thématiques ne sont pas figés et sont sujets à transformations. Le parti scénographique proposé est basé sur le renouvellement permanent des espaces, selon les usages, la fréquentation et l’analyse des pratiques du lieu. Aussi le mobilier doit-il pouvoir permettre cette mutation des espaces.

Le mobilier est conçu pour être facilement mobile et transformable. En partant de modules simples, les espaces se dessinent et se transforment selon les usages et pratiques de chacun. Ce mobilier se décompose en plusieurs meubles nomades qui forment ensemble une unité de design et une grande diversité d’usages.

Les meubles sont pensés pour s’adapter aux pratiques des visiteurs mais aussi aux différents espaces qui vont se redessiner au fur et à mesure dans les univers thématiques. Le projet prend en compte l’évolution du lieu mais aussi l’évolution des besoins du public et du personnel. Ils permettent de créer des lieux adaptés à chaque usage.

Le design reste simple pour s’inscrire facilement dans les différentes thématiques proposées actuellement, ainsi que dans les futures thématiques qui vont y prendre place dans les années à venir.

Une même base permet de créer le mobilier, l’étagère simple. Celle-ci se transforme ensuite selon les différents usages, besoins et pratiques ; ainsi que selon les différents espaces dans lesquels elle se trouve. L’étagère simple abrite aussi bien des ouvrages écrits que des oeuvres de petites dimensions, des vitrines viennent alors s’inscrire dans sa structure afin de les accueillir. Dans cette étagère, des assises et des percées sont réalisées, elles permettent de créer de nouveaux espaces et de nouvelles pratiques.

En les assemblant, un espace se dessine et un lieu propre se définit.

Des étagères virtuelles jouent les trompes l’oeil parmi les autres, grâce à un grand écran LCD qui s’intègre à l’intérieur. Des livres virtuels prennent place et s’effacent parmi les ouvrages matériels qui se trouvent à côté. (cf.Multimédia)

Des modules s’assemblent sur ces étagères pour créer de nouveaux usages de ce mobilier et dessiner de nouveaux espaces et ambiances à l’intérieur même des univers thématiques.

Un panneau acoustique permet de fermer phoniquement un espace, une cimaise apporte un nouvel espace d’accrochage et un écran de projection permet un nouvel usage dans l’espace.

Des rideaux acoustiques embrassent les étagères et les formes qu’elles génèrent en s’additionnant, pour permettre au public de s’approprier ces espaces en les ouvrant et fermant selon leurs envies et leurs besoins.

Des tables et des assises complètent ce mobilier de design divers, il vient perturber le système. La production de ces meubles pourrait faire l’objet d’un concours ouvert à de jeunes designers ou à des écoles, permettant ainsi de repenser continuellement l’usage des espaces, comme un laboratoire, mais aussi de pouvoir voir, penser et découvrir le lieu différemment.

Autour du cloître franciscain, s’inscrit une bande qui se plie et se déplie en créant des assises et des tables fixes. Le design reflète la sobriété et la simplicité du lieu qu’était ce cloître auparavant, et respecte la scénographie du projet en revenant à des formes plus sobres et conventuelles autour de ce lieu. Tous les aménagements des espaces autour du cloître franciscain sont traités dans le même esprit.

Dans le cloître 2.0, les strates de béton fibré couleur sable clair se développent et deviennent bancs, gradins, étagères, tables, support d’oeuvres et de multimédia, tiroirs …

Lire la suite

+

Demandez à recevoir le dossier pdf du projet

    Saisissez votre nom complet

    Saisissez un courriel valide

    Saisissez un message bref

    Maîtrise d'oeuvre

    Architectes muséographes, mandataires : Repérages - Adeline Rispal - Paris

    Architecte de la restauration : Conny Lentz - Luxembourg

    BET Structure : Gehl, Jacoby & Ass - Luxembourg

    BET CVC / Electricité : Goblet & Lavandier - Luxembourg

    Éclairage : Lichtdesign - Bonn

    Économie de la construction : ATEC - Paris

    Signalétique directionnelle et didactique (Paris) : Studio Mutterer&Associés - Paris

    Images : Didier Ghislain

    Photographe : Georges Fessy

    Conception des contenu multimédia : Serge Renimel

    Ingénierie et design multimédia : InnoVision - Paris