Tous les projets

Le Louvre Abu Dhabi

Abu Dhabi - Emirats arabes unis

En se posant sur l’eau, le musée du Louvre Abu Dhabi de Jean Nouvel prend le site pour écrin et installe les collections dans une atmosphère lumineuse qui parle autant de l’architecture orientale que de la Grèce antique ou encore d’une ville rêvée. C’est cette « ville-musée » que le projet scénographique habite en se glissant le plus délicatement possible dans ce paysage dont rien ne doit troubler la sérénité.

En +

L’esprit du lieu : le temps de la rencontre

En se posant sur l’eau, le musée du Louvre Abu Dhabi prend le site pour écrin et installe les collections dans une atmosphère lumineuse qui parle autant de l’architecture orientale que de la Grèce antique ou encore d’une ville rêvée.

Dans ce lieu hors du temps, le visiteur abandonne sa forteresse intérieure pour se laisser aller à l’errance, celle qui favorise la rencontre avec l’Autre grâce à des œuvres dialoguant au-delà du temps et de l’espace et qui le laissent pénétrer dans leurs conversations séculaires.

C’est donc bien dans cette « ville-musée », un palais imaginaire que le projet muséographique habite en se glissant le plus délicatement possible dans ce paysage de lumière et d’eau dont rien ne doit troubler la sérénité.

C’est donc bien le temps de la rencontre que le musée du Louvre Abu Dhabi propose au visiteur pour un moment d’exception sur l’île de Saadiyat.

Dans la ville musée, le palais et ses chambres

La promenade entre ombre, lumière et eau se prolonge dans les espaces du musée qui, comme le Louvre à Paris, est un ensemble palatial au cœur de la ville. Des chambres muséographiques au cœur de ce palais rêvé constituent, avec ses murs, une double enveloppe qui protège l’intimité de la rencontre des visiteurs avec les œuvres de l’homme. Cette double peau autorise également tous les niveaux de protection de ces œuvres face aux excès climatiques. Les chambres du palais créent des relations diversifiées entre les œuvres, l’architecture et le paysage. Leurs parois à porosité variable se construisent et se déconstruisent selon les œuvres qu’elles abritent et qu’elles mettent en situation de confrontation. Elles s’ouvrent diversement selon les stratégies de contextualisation.

Les galeries, situées entre les murs du palais et les chambres, parcourent tout le musée. Tantôt ouvertes sur les chambres, tantôt sombres, tantôt baignées par le soleil que l’architecture laisse pénétrer, elles sont le lieu privilégié de la déambulation et de l’expression du lien entre l’art et son contexte naturel, architectural et culturel.

Construits sur les tracés de villes orientales et européennes, les murs de ce palais imaginaire, sont les gardiens de la mémoire du monde, de son patrimoine immatériel. Parfois, ils deviennent eux-mêmes immatériels pour livrer aux visiteurs curieux leurs richesses enfouies. Des niches creusées dans les parois permettent de se reposer dans des ambiances sonores liées aux collections. 

L’ensemble du dispositif architectural et scénographique est pensé pour permettre la plus grande flexibilité d’exposition des collections dont la rotation annuelle est un des enjeux majeurs.

 

Lire la suite

+

Demandez à recevoir le dossier pdf du projet

Form is deprecated, please contact the webmaster to upgrade this form.

Générique

Architectes et muséographes, mandataire : Repérages Architectures - Adeline Rispal - Paris

Ingénierie et design multimédia : InnoVision - Paris

Eclairage : Licht Kunst Licht - Bonn

Identité visuelle et signalétique : Pentagram - Londres

CVC : Setec Bâtiment - Paris

Économie de la construction : Faithfull & Gould - Londres

Acoustique : AVLS - Paris

Images et film : Antoine Buonomo et Ginger