Tous les projets

Musée d'Histoire de la Ville

Luxembourg - Grand-Duché du Luxembourg

L’architecture du bâtiment, principal objet du musée et caractéristique de la dimension verticale de l’urbanisme luxembourgeois, a été conçue comme une promenade dans l’histoire de la ville à travers une salle-ascenseur pouvant transporter jusqu’à 60 personnes sur 8 niveaux. Le musée est aussi une structure capable au service de cette construction historiographique qui s’est développée tout au long du projet et se développe encore aujourd’hui. Le premier musée multimédia d’Europe, fruit d’une étroite collaboration avec Serge Renimel (Eurologiques) et Alain Dupuy (InnoVision), a ouvert en 1996.

 

Enjeux du projet

En +

L’enjeu de ce nouveau musée d’histoire de ville était de créer à la fois un Tiers lieu et un espace d’échange et de réflexion sur l’identité de la ville et de ses habitants, mais aussi un lieu de recherche et d’exposition des savoirs et des collections en devenir sur la place de Luxembourg dans l’histoire européenne.

Le bâtiment, principal objet du musée, caractéristique de la dimension verticale de l’urbanisme luxembourgeois, a été conçu comme une promenade verticale dans la ville à travers une salle-ascenseur qui se déplace sur 8 niveaux et comme un outil flexible performant au service de cette construction historiographique qui s’est développée tout au long du projet et se développe encore aujourd’hui.

La ville de Luxembourg, forteresse naturelle puis militaire, est aujourd’hui une place forte financière et le siège d’institutions européennes majeures.

Les bâtiments du musée d’Histoire sont situés à la charnière de la ville haute – la forteresse – et de la ville basse – les faubourgs.

Un bâtiment-musée qui s’expose et expose à la fois. Contenant et contenu sont totalement indissociables : le musée est dans la ville, la ville est dans le musée.

Le territoire de la ville est traité dans le musée comme un grand corps sculpté en creux : la cour intérieure est devenue une image en coupe de la topographie et de l’histoire de Luxembourg. Quatre niveaux ont été excavés dans le rocher pour agrandir le musée et révéler la matière brute qui a fondé son histoire.

Une nouvelle entrée au niveau le plus bas des espaces publics a été ouverte pour que les parcours touristiques entre corniche et palais Grand-Ducal traversent le musée librement.

Reflet de la densité urbaine de la forteresse, les huit étages de ce nouvel ensemble sont traversés par une salle-ascenseur de verre de 20 m2 et 3,5 m sous plafond. Ces promenades dans la verticalité sont très luxembourgeoises, d’autres ascenseurs urbains permettent d’aller d’un quartier à l’autre de la ville.

Le matériau de la rénovation sont le rocher (grès jaune), laissé apparent chaque fois que possible, la pierre naturelle et le bois de hêtre matériaux disponibles localement (sols, cimaises, faux-plafonds acoustiques).

Les six plans-reliefs de l’évolution de la ville, du Moyen Âge à nos jours, structurent l’exposition permanente dans les trois niveaux excavés. Ils émergent du sol dans la même essence de bois et la même orientation que le bâtiment.

L’histoire culturelle et sociale est exposée dans les étages supérieurs à travers des expositions temporaires thématiques.

La flexibilité est inscrite dans la conception des infrastructures d’accrochage, d’éclairage, pour rendre capables les espaces d’expositions.

Le premier musée multimédia « à la carte » d’Europe, permet d’intégrer les richesses numériques dans les salles d’expositions : la médiathèque est dans le musée.

Lire la suite

+

Demandez à recevoir le dossier pdf du projet

Form is deprecated, please contact the webmaster to upgrade this form.

Générique

Architectes, muséographes, scénographes, mandataires : Repérages - Adeline Rispal - Paris

Architecte de la restauration : Conny Lentz - Luxembourg

BET Structure : Gehl, Jacoby & Ass - Luxembourg

BET CVC / Electricité : Goblet & Lavandier - Luxembourg

Éclairage : Lichtdesign - Bonn

Économie de la construction : ATEC - Paris

Signalétique directionnelle et didactique : Studio Mutterer&Associés - Paris

Images : Didier Ghislain

Photographe : Georges Fessy

Programmation muséographique : Eurologiques, Serge Renimel - Paris

Commissaire générale de l'exposition permanente : Marie-Paule Jungblut, historienne, directrice adjointe du musée

Conception des contenus multimédias : Eurologiques, Serge Renimel - Paris

Ingénierie et design multimédia : InnoVision, Alain Dupuy - Paris